30 juillet 2009

SUMMIT !

L'ARRIVEE AU SOMMET, PAR SUPERHUB

d

« …

Enfin nous atteignons, le sommet du Dôme du Goûter. Là, le bonheur… nous voyons le reste du chemin et surtout nous visualisons enfin le sommet, majestueux, tant espéré. Jean Luc n’ira pas plus loin. En plein doute mais revigoré par la vision du sommet et par la petite pause, nous décidons avec Michel d’essayer de continuer l’aventure. Nous abandonnons Jean Luc en plein Mal des Montagne, qu’il ne pourra combattre qu’en redescendant au plus vite au refuge. Et c’est parti, en ligne de mire, le refuge Vallot. Enfin je le vois de mes yeux. Suite aux nombreux récits que j’ai lu, je sais que ce lieu, situé à plus de 4 300 m d’altitude, est décisif. La plupart des échecs se produisent là. Nous atteignons le refuge assez rapidement. Petite pause, alimentation, et là en regardant des alpinistes un peu plus hauts, je dis à Michel, « si nous atteignons ce point, nous pouvons y arriver ». Ce qui n’était qu’un rêve pourrait devenir réalité, mon corps répondait présent, le MAM m’épargnait, le sommet était envisageable. Etant le plus faible, j’étais le premier de cordée. J’imprégnai un rythme qui à priori me convenait le mieux. Je faisais 35 pas, je plantais le piolet debout, je posais mes mains et ma tête dessus. 20 secondes de récupération et je repartais. Chose étonnante, au bout de 35 pas j’étais épuisé, et au bout de 20 secondes j’étais en pleine forme. Je me dis alors que si ce rythme tenait, plus rien ne nous arrêterait. Plus tard Michel me confia que cette cadence était difficile pour lui, chaque arrêt lui provoquant de petits vertiges. Il aurait préféré un rythme plus lent mais plus régulier…

 

SUPER_HUB_ON_THE_TOP_OF_EUROPEEncore un joli Dôme de franchi. Bientôt se présente à nous l’Arête des Bosses. Magnifique. Une crête de près de 200 mètres de long et large d’une cinquantaine de centimètres, et le vide de chaque cotés. Ces moments font oublier la douleur, c’est grandiose. Et voilà encore un nouveau  petit Dôme de franchi et nous distinguons le sommet. Il n’y a plus de fatigue, nous le voyons, le toit de l’Europe à porté de main, l’émotion commence à monter. Encore quelques mètres et nous y sommes, quelques sanglots de bonheur, on se serre dans les bras avec Michel que je connais que depuis 12 heures, le temps nécessaire pour atteindre le mythique sommet. Beaucoup de vent au sommet, cinq minutes pour essayer de profiter au maximum du paysage, horizon à perte de vue.


Quelques photos, petit hommage à Jean Luc et redescente car il nous reste beaucoup de route. La descente est tellement plus facile, l’émotion agit comme un anesthésiant, aucune douleur, la marche se fait à bon rythme. Arrêt à Vallot, petit ravitaillement et j’en profite pour appeler mes proches. Jean Luc d’abord pour lui annoncer la réussite de notre projet mais répondeur. Clarisse, ma mère et mon père mais toujours répondeur. Ensuite ma sœur et la enfin je réussi à joindre mon beau frère, enfin un proche avec lequel je réussi à partager une partie de mon émotion. Redescente à allure rapide dans cette neige rendue molle par ce magnifique soleil qui accompagna notre périple. On retrouve Jean Luc, toujours affecté par le MAM et début de la redescente

… »

Posté par k2nel1 à 03:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur SUMMIT !

Nouveau commentaire